Votre logement laisse s’échapper la chaleur en hiver et laisse trop facilement la chaleur entrer en été : vous êtes le propriétaire d’une passoire thermique

En cause principalement : une mauvaise isolation de votre logement.

Et avec la déperdition énergétique subie, c’est également votre argent qui s’échappe petit à petit de votre maison, en passant par les factures de chauffage (entres autres).

Mais des solutions existent pour isoler votre logement et combler les trous dans votre isolation… et votre budget.

L’audit énergétique, pour lutter contre la déperdition d’énergie

Le DPE ou Diagnostic de Performance Énergétique constitue une première étape et va permettre de déterminer, selon plusieurs critères de notation énergétiques la catégorie énergétique de votre habitation.

A l’issue du Diagnostic de Performance Énergétique DPE, ces critères énergétiques permettront d’établir deux notes qui seront attribuées au logement concerné :

  • La note concernant l’étiquette climat, sur une échelle de A à G (A indiquant une très bonne performances, et G un niveau largement perfectible), vous donne une information sur les émissions de gaz à effet de serre de votre logement. 
  • Celle concernant l’étiquette énergie, sur la même échelle de notation, vous indique la consommation énergétique estimée de votre logement, en fonction de son année de construction, sa structure et ses qualités d’isolation (entre autres critères).

En règle générale, si une maison affiche une note médiocre, il est très probablement temps de songer à effectuer les travaux énergétiques adéquats.

Quels travaux pour une meilleure note de DPE ?

Si la mise en place d’un système de chauffage plus performant et moins énergivore est bien souvent un impératif pour diminuer la facture énergétique et la consommation de chauffage, cet investissement n’est pérenne que s’il est associé à une isolation thermique efficace.

Pour les logements anciens et constructions datant principalement d’avant 1975, le diagnostic est souvent sans appel : celles-ci sont régulièrement assimilées à des passoires énergétiques

Ceci appelle donc à effectuer des travaux adéquats d’isolation et à revoir plusieurs éléments du logement.

On considère généralement que 30% des déperditions de chaleur proviennent du toit, ceci expliquant les multiples opérations et aides financières proposées par l’état et les collectivités pour favoriser l’isolation des combles.

Les autres éléments favorisant la déperdition thermique sont les murs et fenêtres, qui selon les matériaux utilisés, l’âge de la maison et la structure globale de celle-ci peuvent représenter une perte quasi égale à celle engendrée par une toiture non isolée.

Isoler ses combles et ses murs revêt dès lors une importance évidente, en complément par exemple, de l’achat de fenêtres double vitrage et d’un système de chauffage efficace.

Les solutions d’isolation pour les maisons énergivores

Rénover semble bien souvent une étape indispensable ! Et le premier élément à envisager est l’isolation de vos combles perdus et rampants.

Plusieurs type de matériaux isolants sont disponibles selon les contraintes techniques et vos impératifs de budget, on note entres autres :

  • Laine de coton recyclée
  • Laines minérales
  • Laine de bois

Selon la surface à isoler et la structure de votre toiture, nous recommandons de prendre le temps de comparer les offres et aides financières disponibles.

L’accompagnement d’une entreprise spécialisée en isolation vous garantira une efficacité optimale et d’éviter les écueils de matériaux inadaptés ou à la résistance thermique trop faible.

Nous proposons sur ce point un article pour tout comprendre sur le coefficient de résistance thermique des isolants.

Isoler ses combles : et après ?

Contrairement à un certain nombre d’idées reçues, et afin de répondre au mieux aux critères écologiques et économiques, isoler sa toiture n’est pas une finalité. Il faudra ensuite songer, à l’isolation des murs, caves et garages pour pouvoir bénéficier d’un confort accru, mais surtout réaliser de réelles économies d’énergie.

Là encore, l’accompagnement d’un professionnel de l’isolation pourra permettre d’opter pour des solutions d’isolation adaptées.

Les aides pour améliorer son isolation

La loi énergie climat et le Pacte Énergie Solidarité ont permis de définir de nouvelles règles, mais également de mettre en place plusieurs dispositifs d’aide pour rénover les logements anciens.

On notera, par exemple, la Prime Coup de Pouce pour l’isolation des combles.

Mais cette nouvelle donne énergétique ne s’applique pas qu’aux personnes habitants ces maisons mal isolées, les propriétaires bailleurs sont désormais fortement incités à effectuer les travaux en question, faute de quoi ceux-ci, à terme, ne pourront plus répercuter de hausse de loyer ou tout simplement… louer leurs logements !