Si les économies et le confort incitent en règle générale à revoir l’isolation de son logement, d’autres éléments peuvent entrer en jeu pour favoriser le bien-être de chacun.

Cela est tout particulièrement vrai en ce qui concerne l’isolation phonique (ou acoustique).

Selon l’environnement immédiat du logement, et le type de construction, il peut être tout particulièrement intéressant de prendre en compte ce critère avant que les travaux d’isolation débutent.

Isolation acoustique : de quoi parle-t-on ?

Si votre isolation thermique s’occupe de vous isoler du froid en hiver, mais également de la chaleur en été, l’isolation acoustique vous permet de vous isoler des bruits environnants.

Passage de voitures, entreprises à proximité, zone à forte affluence… les raisons de vouloir bénéficier de plus de calme chez soi peuvent être nombreuses.

Si vous entendez le programme télé de vos voisins ou leurs conversations, ou encore si ceux-ci se plaignent d’entendre votre musique préférée ou vos solos de guitare… il est très probablement temps de penser à isoler vos murs !

Il est important de comprendre qu’il n’existe pas qu’un seul type de “bruit”, mais que les sources de nuisances sonores ont de multiples causes, qui n’appellent pas toutes aux mêmes solutions d’isolation.

On distingue notamment : 

  • Les bruits aériens : musique, son d’un téléviseur, rue passante à forte affluence, concerts…
  • Les bruits à l’impact : bruits de portes, talons sur un parquet…

Et le bruit étant une notion quelquefois subjective, des normes ont été créées. 

En l’occurrence les niveaux sonores des logements doivent être globalement conformes à :

  • 30dB pour les habitations en milieu classiques.
  • 47dB pour les logements en zones aéroportuaires.

Tout comme il existe des ponts thermiques, certains éléments peuvent faire office de pont acoustique et faciliter le passage du son d’une pièce à une autre.

Les murs mitoyens en brique plâtrière, par exemple, laissent plus facilement passer les sons aériens, mais cela peut être également le cas concernant les murs en béton nus.

Enfin, n’oubliez pas qu’un son est susceptible de se transmettre par l’intermédiaire des murs… et des plafonds !

Dans un premier temps, il peut-être donc important de définir le type de bruit subit, sa cause et sa provenance.

Choisir son isolation acoustique

Plutôt donc que d’effectuer ses travaux en deux fois, pourquoi ne pas directement choisir une isolation qui permettra d’améliorer l’isolation phonique ET l’isolation thermique de votre logement ?

Plusieurs matériaux isolants permettent d’obtenir ce type de résultat, on pensera notamment aux suivants :

  • la ouate de cellulose ou le coton : ceux-ci permettent de bénéficier d’un bon compromis entre performances thermiques et acoustiques et seront bien plus performants, par exemple, que la laine de verre.
  • les laines minérales (laine de roche ou laine de verre) : très répandues, leurs qualités sont reconnues, y compris concernant l’isolation acoustique.
  • les fibres de bois : on trouve ce matériau isolant sous différentes formes, mais pour peu de prendre le temps de faire le bon choix, et d’être accompagné par un professionnel qualifié, ses performances sont tout à fait honorables.
  • le liège : régulièrement cité comme solution aux problèmes d’isolation acoustique, celui-ci est particulièrement performant pour remédier aux bruits d’impacts, mais peut-être sera-t-il plus intéressant de se tourner vers d’autres matériaux s’il s’agit de bruits aériens.

D’autres options apparaissent sur le marché de l’isolation depuis plusieurs années : l’aérogel, ou encore le pan-terre.

Si les performances obtenues sont particulièrement bonnes, les prix de ces produits isolants restent assez dissuasifs.

Isolation acoustique des murs et plafonds

Selon les sources des nuisances sonores subies, vous serez donc probablement amené à isoler vos murs par l’intermédiaire d’un doublage, et vos plafonds selon le cas en posant un sous-plafond adéquat.

Le doublage des murs avec l’isolant choisi assurera la réduction des bruits aériens provenant d’une pièce ou d’un logement mitoyen (par exemple en posant sur une structure métallique des panneaux de ouate de cellulose).

Cependant si le son provient du logement ou de la pièce située au-dessus, c’est l’isolation par le plafond qui se chargera d’atténuer les bruits parasites.

Isolation et étanchéité : un maître mot

On ne le répétera jamais assez, que votre maison soit récente, ou que vous rénoviez un logement plus ancien, veillez à assurer globalement une étanchéité à l’air optimale.

Si ce critère est susceptible d’altérer les qualités d’isolation thermique, cela sera tout aussi vrai concernant le confort acoustique, puisque le moindre interstice permettra au son de parvenir jusqu’à votre maison… et vos oreilles.