Lovisol, spécialiste de l’isolation des combles perdus grâce à un matériau sain respectueux de l’environnement et des occupants de la maison, vous donne ses conseils pour limiter la pollution intérieure de votre maison.

Quelles sont les sources de pollution intérieure dans la maison ?

De nombreux polluants sont présents dans l’air intérieur des maisons (formaldéhyde, benzène…). Ils peuvent être relâchés par les colles, les peintures, les moquettes, les meubles fabriqués en bois aggloméré, les produits d’entretien, la cheminée, les cigarettes, l’encens, etc.

Comment faire alors pour les limiter et garder un intérieur le plus sain possible ?

Solution #1 pour réduire la pollution intérieure de la maison : l’aération

Pour améliorer la qualité de l’air intérieur, prenez l’habitude d’aérer correctement votre logement.

Cela signifie aérer une dizaine de minutes par jour chacune des pièces de votre maison, été comme hiver, systématiquement.

Dans la prolongation de ce bon réflexe, aérez votre habitat lors (ou après) des activités qui sont susceptibles de générer de la pollution ponctuelle : activités générant de l’humidité, cuisson, travaux de bricolage, peinture, aspirateur, etc.

Solution #2 pour réduire la pollution de l’air intérieur de l’habitat : l’entretien

L’entretien du logement (ventilation notamment) et des appareils à combustion est également un réflexe à acquérir absolument (si ce n’est déjà fait, bien entendu !).

Ainsi, les grilles et bouches d’aération et la VMC doivent être nettoyées une fois par an. D’ailleurs, il est aussi important de vérifier qu’elles sont tout le temps dégagées afin d’être efficaces. Les appareils à combustion doivent être régulièrement entretenus. Les conduits de cheminées sont à faire ramoner, là encore une fois par an.

Les acariens sont aussi une source de pollution : lavez très régulièrement vos draps pour limiter leur présence, ainsi que vos sols pour lesquels les surfaces dures sont à privilégier (les carrelages et autres parquets se nettoient mieux que les moquettes).
Comment réduire la pollution intérieure de sa maison ?

Solution #3 pour diminuer la pollution au sein de la maison : le choix des produits

Lors de vos achats, faites les bons choix : utilisez des peintures à faible teneur en COV (Composés Organiques Volatiles) et qui ne sont pas à base de formaldéhyde, préférez les produits n’utilisant pas de colles avec du formaldéhyde… Lorsque vous achetez un meuble, stockez-le quelques temps hors de votre logement (dans le garage par exemple) pour qu’il « respire » et que les polluants confinés dans un emballage s’échappent en limitant fortement la contamination de votre intérieur. C’est particulièrement vrai s’il est fait en bois aggloméré ; le mieux est de privilégier le bois massif et le bois naturel !

Pour vos produits d’entretien, tournez-vous vers des produits naturels comme le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc (parfait pour les vitres par exemple !) ou encore le savon noir (un bon dégraissant).

Pour avoir des senteurs « cosy », préférez les huiles essentielles (pin, lavande…) aux bougies ayant des parfums de synthèse.

Toujours côté achats, sachez que, depuis 2012, les matériaux de construction et de décoration sont étiquetés selon leur niveau de polluants émis (sur une échelle de A+ à C) : tournez-vous vers des produits étiquetés A+ !

Solution #4 pour assainir l’air intérieur du logement : les plantes

De nombreuses plantes possèdent des propriétés dépolluantes : Anthurium, Cactus, Caoutchouc, Lierre, Scheffléra, etc. Le choix est vaste, vous en trouverez certainement à votre goût pour décorer joliment votre intérieur !

 

Grâce à ces conseils, vous améliorerez la qualité de l’air intérieur de votre maison !