Lovisol intervient sur la rénovation de vos combles perdus à proximité de Pulligny pour vous apporter plus de confort et de bien-être été comme hiver avec l’isolation par soufflage de coton ! La laine de coton Lovisol fabriquée en France est écologique et performante pour isoler vos combles. Agence de Lunéville (54) est située à 0kms de Pulligny (soit 0 minutes en voiture) pour vous aider à faire des économies d’énergie, n’hésitez pas à demander une étude personnalisée gratuite.

Avis clients

5/5

5/5
Avis sur travaux

Délai respecté. Travail soigné. Chantier rendu propre

Par M. Christiane de Pulligny le 19 Octobre 2018

    Actualités Pulligny 54160

    Isolation des combles : découvrez votre étude personnalisée pour votre résidence localisée sur la commune de Pulligny !
    Vous recherchez une société dans le dessein de faire effectuer un service d’isolation des combles de votre demeure à Pulligny (CP : 54160) ?
    A Pulligny (localisée dans le département “Meurthe et Moselle” [54], dans la région Lorraine), vous êtes l’un des mille cent soixante et onze résidents (plus quatre pour cent) vivant dans l’un des quatre cents-quatre foyers ?
    Quel que soit votre cas, sollicitez Lovisol, société prestataire de services aguerrie dans l’isolation des combles perdus par soufflage, pour obtenir votre étude sur-mesure ! Lovisol, spécialiste de l’isolation des combles avec de la laine de coton, vous guidera pour accomplir votre demande.
    Afin d’avoir une isolation sûre, thermique et phonique, choisissez la laine de coton, un produit d’isolation sain !
    Selon Wikipedia, “La famille Le Clerc est originaire de la commune. Ses membres sont co-seigneurs de cette terre et portent le nom de Leclerc de Pulligny, à la suite de décrets impériaux de 1860 et 1861.
    Le 21 juin 1940, la 212e division d’infanterie allemande du Generalleutnant Theodor Endres dont le poste de commandement se trouve à Ceintrey prend possession du village, les transmissions ayant signalé des francs-tireurs qui auraient abattu un gradé allemand sur la route de la gare. Émile Jacquemin, un ouvrier aux aciéries de Neuves-Maisons, dont Roger Bruge indique qu’il a été désigné comme asocial (terminologie nazie pour désigner ceux qui étaient considérés comme bolchéviques ) par le maire de la commune, sommé de faire une liste d’otages, est fusillé devant la maison de M. Menet sur l’ordre du Général Endres.”